[16:16] « “C'est mon choix”, c'est truqué ! » [15:25] DALS : Au revoir, Pietra ! [15:09] Les Sisters à la télé [14:49] Michael Keaton, ravi de retrouver Tim Burton [14:27] "Fast & Furious" : Michelle Rodriguez sur le départ ? [13:59] Philippe Soreil, évincé des "Ambassadeurs" [13:26] Les maîtres 2.0 [12:58] T5 : du grand n'importe quoi pendant 2h30... [12:02] Stéphane Guillon viré de "Salut les Terriens" [11:23] La RTBF va diffuser la saga estivale de… TF1
28 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 03 Juin 2017

Astrid Veillon « Mon fils est devenu ma priorité »

Astrid Veillon  « Mon fils est devenu ma priorité »
© Reporters
La comédienne, qui fait mouche dans le rôle du commandant Léa Soler, avoue avoir trouvé une vraie sérénité grâce à sa vie de famille.

Astrid Veillon interprète le rôle-titre au côté de Stéphane Blancafort. Divorcés depuis dix ans et parents de deux ados, Léa Soler et Paul Marchal, tous deux gendarmes, se retrouvent à devoir travailler ensemble suite à la mutation de Léa à Montpellier. Cette situation inattendue est compliquée à gérer, d’autant que Paul est placé sous le commandement de son ex.

On venait juste de voir Astrid Veillon en gendarme dans « Meurtres à Aix-en-Provence ». Un emploi devenu décidément incontournable pour les actrices en âge de porter un revolver à la ceinture. Dans les deux rôles, on retrouve le caractère volontaire de la comédienne, qui tient à préciser : « A Aix, j’interprétais une femme dure, à fleur de peau, alors qu’ici, j’incarne une héroïne très féminine, une vraie maman tout en rondeur, et en plus, elle sait nous faire sourire. »

Comme un retour aux sources

Un emploi qu’elle connaît bien dans la vraie vie. Aujourd’hui maman de Jules, 7 ans, elle avoue que l’arrivée de son fils a bouleversé son existence. Lorsqu’elle était enceinte, elle nous avait confié : « J’espérais. Ce n’était pas gagné d’avance, c’est un petit miracle. » Elle qui déclarait, il y a quelques années, « je vis à fond, mais c’est une fuite en avant », a enfin trouvé l’équilibre. « Avec mon fils, mon compagnon, qui est paysagiste, notre vie sous le soleil du sud de la France, j’ai trouvé une certaine sérénité. Je ne suis plus tout à fait la même. Je suis plus douce. Mon regard sur la vie a changé. Et côté métier, je n’ai plus les mêmes impératifs », sourit-elle. Vivre à Aix-en-Provence est pour elle un peu un retour aux sources. « C’est une ville que j’adore, elle est belle et chaleureuse. J’y ai passé mes meilleures années, entre 10 et 20 ans. »

Elle qui rêvait de cinéma, c’est la télévision qui lui a fait la part belle. Elle y a fait ses débuts dans les séries pour ados qui avaient le vent en poupe dans les années 90. De « Premiers baisers » aux « Garçons de la plage » en passant par « Le miel et les abeilles » et « Extrême limite ». Et puis, en 2001, elle endosse pour cinq ans le rôle principal de « Quai N°1 », dans la peau de la commissaire Delage, où elle succède à Sophie Duez. Elle s’en échappera le temps de tourner dans l’épisode 3 de « Fabio Montale », à la demande d’Alain Delon. Un rêve devenu réalité car, dit-elle, « à mes débuts, il était le seul que je voulais rencontrer, le seul qui m’impressionnait, et je n’ai pas été déçue ! » C’est sur la scène du théâtre Marigny, à Paris, qu’elle retrouvera la star deux ans plus tard pour « Les montagnes russes », d’Eric Assous.

Aujourd’hui, Astrid Veillon se sent plus libre, une sérénité qu’elle doit à sa vie privée et, d’abord, à son petit garçon. « Avoir un enfant m’a aidée à faire des choix. Jules étant ma priorité, il m’est facile de refuser les propositions qui ne me séduisent pas vraiment », conclut-elle.

Bernard Alès

"Tandem" - 20h50 - La Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes