Luke Macfarlane : "Une série peut aider à changer les mentalités"

Célèbre pour son rôle de Scotty Wandell dans "Brothers & Sisters", diffusé tous les jours sur TF 1, Luke Macfarlane est aussi connu pour être l'ami à la ville de Wentworth Miller.

Grâce à la série, vous êtes reconnu dans le monde entier. Cela vous fait-il peur ?

Non, car je suis encore très loin d'être une star ! J'en suis seulement à mes débuts. " Brothers & Sisters ", c'est en quelque sorte un pas sur le chemin pour devenir une célébrité.

Pourquoi avoir accepté le rôle de Scotty Wandell ?

Eh bien, d'abord, il fallait que je trouve un travail. (Rires.) Lors d'une conversation avec le producteur de la série qui est un ami, il m'a demandé de rejoindre l'équipe. Au départ, je pensais que c'était pour cinq épisodes.

Et l'aventure continue encore aujourd'hui...

Oui, et j'en suis le premier étonné !

Etonné ? Votre personnage fascine les téléspectateurs, non ?

Certainement. Comme je dis souvent, à la télévision, on utilise pas mal de choses de soi-même. Pourtant, Scotty a plus de patience que moi et beaucoup plus d'ennuis. (Rires.)

Comment expliquez-vous le succès de " Brothers & Sisters " en Europe ?

Ça parle de grandes familles et, sur ce continent, c'est toujours important. Cela reste populaire.

Vous avez fait votre coming out lors d'une interview en 2008. Depuis, la presse people ne cesse de vous " fiancer " à Wentworth Miller (" Prison Break ")... Ça vous agace ?

Sachez une chose : je ne parle jamais de ma vie privée. Et pour répondre à votre question, non, je n'en ai pas marre.

Le mariage gay n'est toujours pas toléré aux Etats-Unis. Comprenez-vous ce blocage ?

Tout d'abord, je trouve génial que des pays comme la Belgique, l'Espagne et le Canada acceptent l'union entre deux personnes du même sexe. Je pense que les USA le feront aussi un jour, mais cela prendra un peu plus de temps. Nous espérons pouvoir faire avancer plus vite les choses avec des séries comme " Brothers & Sisters ".

Avez-vous remarqué un changement depuis l'arrivée de Barack Obama à la présidence ?

Oui, mais il faut savoir qu'il a une tâche très lourde et beaucoup de choses à réaliser. Mais je crois sincèrement qu'il va aider la communauté homosexuelle.

On annonce moins d'épisodes dans la prochaine saison. Est-ce un signe que " Brothers & Sisters "est en danger ?

Je ne sais pas. Deux éléments sont essentiels aujourd'hui pour la survie d'un feuilleton télévisé : " Est-ce que ça va marcher ? Les chiffres d'audience seront-ils bons ? " Ce que je peux vous dire, c'est que certains acteurs ne reviendront pas. La série sera même très différente !

Cela se passe bien avec Calista Flockhart, votre partenaire ?

J'adore Calista ! C'est une de mes actrices favorites ! C'est très agréable de travailler avec elle. Je vous avoue que j'étais intimidé lors des premiers tournages, car c'est une grande star... Elle est quand même mariée à Harrison Ford ! (Rires.) Mais j'ai vite découvert que c'était quelqu'un de très simple et humble.

Calista, Rob Lowe, Sally Field... Avec autant de célébrités dans la série, n'y a-t-il pas des disputes comme sur le plateau de " Desperate Housewives " ?

Non, non. Nous connaissons tous les bonnes manières. (Rires.) Nous nous entendons très bien depuis le début. Nous sommes même devenus des amis et profitons souvent d'une soirée pour nous retrouver dans un restaurant. Il n'y a donc pas de conflits.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans Ciné-Télé-Revue du 24 février 2011.

" Brothers & Sisters ", ce jeudi 3 mars à 16h40 sur TF1

Propos recueillis par Fabrice Staal

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET