Tom Cruise, un vrai casse-cou

Sautant d'un avion sur le tournage de "Rogue Nation". © Christian Black

Rares sont les sagas cinématographiques qui tiennent la route sur la distance. "Mission : Impossible" fait partie de ces exceptions. Le 5e volet est à voir ce soir sur la Une !

On serait presque tenté de dire que la saga "Mission : Impossible" se bonifie à chaque épisode. Et pourtant, depuis le premier opus, réalisé par Brian De Palma, le niveau est relevé. Le cinquième film, diffusé en première télé par la RTBF, cumule durant plus de deux heures les scènes d’anthologie à un rythme soutenu. Un cocktail explosif de poursuites en tout genre et de suspense, où l’on reste scotché à son fauteuil.

Et puis, il y a bien sûr Tom Cruise. Il est LA star de la saga, quasi présent dans chaque plan, et sa force est de ne pas hésiter à donner de sa personne en effectuant lui-même la plupart de ses cascades. Dès la scène d’ouverture, où il se retrouve accroché à l’aile d’un avion en plein vol, le ton est donné. Une séquence que le comédien a tournée lui-même, sans doublure, à plus de 1500 mètres d’altitude à 400 km/h. C’est également lui qu’on voit (et non un cascadeur pro) pour toutes les poursuites à moto ou lors d’une séquence en apnée.

Tom Cruise cherche clairement pour chaque chapitre à repousser les limites encore plus loin. Dans « Mission : impossible 4 », il escaladait ainsi le plus grand building du monde, avec, pour le retenir, un simple harnais de sécurité. Reste que ce côté casse-cou n’est pas sans danger. Il vient de l’apprendre à ses dépens sur le tournage de… « Mission : impossible 6 » (oui, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?), lorsqu’il s’est mal réceptionné au cours d’une scène où il devait sauter d’un toit à un autre. Verdict : une cheville cassée et neuf semaines d’indisponibilité. A 55 ans, il va peut-être devoir un peu refréner son ardeur !

A 20 h 25 sur la Une.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET